La programmation de YouTube privilégie des candidats à la présidence de la France

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel contrôle les discussions effectuées à la télévision. Ils cherchent principalement à maîtriser la visibilité des candidats de moindre envergure auprès du public. Cette autorité ne peut toutefois étendre sa compétence à certaines entités du monde numérique. Cela s’applique tout particulièrement à YouTube, qui réunit mensuellement près de 28 millions de Français. Cette plateforme est pourtant très utilisée dans la concrétisation des stratégies politiques en diffusant des réunions publiques et des opérations évènementielles. Elle peut même offrir des contenus exclusifs, tels que ceux qui sont approfondis par la France Insoumise ou le Front national.
Les suggestions diffusées sur YouTube ne sont pas gérées de manière transparente et sont affranchies des réglementations françaises en termes de propos politiques. Cette plateforme est également plus inspirée par le côté marketing de ses contenus que par un souci d’équité sur le plan politique. Cela permet notamment à certains candidats aux élections présidentielles d’être plus visibles que d’autres.
Partant de ce constat, l’association d’Algo Transparency a conçu un logiciel avec un code à source ouvert pour confirmer cette inégalité des chances pour les candidats sur la célèbre plateforme vidéo de Google. Les résultats obtenus révèlent une large préférence au profit de Jean-Luc Mélenchon, de Marine Le Pen et de François Asselineau. La candidate Nathalie Arthaud ne bénéficie pourtant que d’un malheureux pourcentage dans les suggestions fournies par cette plateforme. Une telle constatation ne devrait pas être prise à la légère, sachant que YouTube a plus ou moins le pouvoir d’influencer la volonté des électeurs. L’organisme Data For Good effectue quotidiennement une imagerie précise des statistiques enregistrées par l’Algo Transparency pour conforter la vision du public autour de ce phénomène.